Le jour ou je me suis mise à la hauteur de mon fils

Enfant : le jour où je me suis mise à la hauteur de mon fils

Vous allez peut être trouver ce post bizarre mais j’ai eu envie de vous raconter le jour où je me suis mise à la hauteur de mon enfant, un instant que j’ai trouvé très important, voir primordial, dans la relation avec mon fils.

 

En venant au monde, un enfant découvre un nouveau monde, bien plus grand et intéressant par rapport à ce qu’ils ont connu pendant 9 mois dans notre ventre (du moins c’est ce que j’imagine). Ce bébé débarque et découvre un monde tout nouveau avec de nombreuses formes, des voix, des couleurs, des lieux…etc Il n’est plus confiné à un espace restreint (ce qui peut d’ailleurs le perturber un peu au départ). Bien sûr on le sait : tout paraît énorme à un enfant puisque qu’il est au moins trois fois plus petit que nous.

Mais je m’en suis rendu vraiment compte, le jour où dans la rue, lors d’une de mes promenades quotidiennes, j’ai vu qu’il regardait un point fixe dans le ciel, mais je n’arrivais pas à savoir quoi exactement. Intriguée, je me suis juste baissée à sa hauteur pour comprendre. (Il n’avait que quelques mois et ne parlait pas encore bien sur). Et là wouaw !!! Son monde était tout autre! Le fait de me baisser vraiment à sa hauteur m’a laissé entrevoir comment lui voyait les choses.
Impressionnant. Vous allez peut être me prendre pour une folle mais je vous jure. Il y a avait pleins de choses à voir, à regarder.

Déjà les voitures paraissaient énormes ! Lorsqu’une personne avançait vers nous, je me croyais dans le monde des lilliputiens. Que des géants autour de nous. Au secours ! Un film en 3D mais dans la vraie vie.
Je ne vous parle même pas des bus ! Un train pour eux. Tout est grand, géant, des petits dans un monde de grands.

Je comprends mieux pourquoi dans la pédagogie Montessori, les objets, les meubles, tout l’entourage de l’enfant est fait en fonction de lui, et non de nous adulte. Avoir un miroir a sa hauteur, une petite table, des meubles accessibles pour les enfants.

Ça a changé pas mal de choses dans mon approche et ma relation avec mon fils.  Je faisais déjà beaucoup attention à ce qu’il pouvait voir et ressentir mais là mon attention a décuplé, notamment quand on était dans la rue. Ça passait par la parole notamment, je lui expliquais ce qu’on voyait, je mettais des mots sur les choses et le rassurait si une chose me paraissait « grande et envahissante ».
Quand on allait voir les amis, je leur disais de ne pas lui sauter dessus.
Et oui ça pouvait être effrayant de voir plein de personnes en même temps arriver sur soi. Imaginez vous des géants voulant vous faire des câlins tous en même temps, ma première réaction serait…. la peur….. d’où certainement des fois les pleurs des bébés quand ils arrivent quelque part….

Se mettre à la hauteur de son enfant, je le fais physiquement mais aussi mentalement, dans le sens ou, comme lorsque l’on a des relations professionnelles par exemple avec son patron, on s’adapte à la personne que l’on a en face de soi. Un mot important « s’adapter » : s’adapter ne veut pas dire changer de comportements ou de personnalités, s’adapter pour moi c’est faire en sorte que la personne en face de soi comprenne ce que je dis et que je puisse en retour comprendre ce qu’elle dit. Je m’adapte à mon enfant et c’est grâce à cela je pense qu’aujourd’hui nous avons développé une certaine complicité et par la même occasion que l’on évite pas mal de crise !

 

Enfant maman

A très vite

Maka

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s